La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Espaces et sociétés à l’épreuve de la Révolution informatique et de la globalisation

Il est légitime de proclamer à juste titre la Révolution informatique qui vient ponctuer à son tour le parcours de la civilisation humaine. Elle affecte profondément les modes de vie, d’habiter, d’exister, de penser et d’être de l’Homme contemporain. Ce qui fut fiction, devint réalité.

Lorsque j’ai commencé à enseigner l’urbanisme vers les débuts des années 80, j’avais l’habitude de définir l’urbain par rapport au rural selon une approche dichotomique. En ce moment, il devient difficile d’approcher les phénomènes spatiaux avec les mêmes concepts, les mêmes paradigmes et les mêmes outils opératoires. Raison pour laquelle j’utilise la notion vague et imprécise d’espace pour rendre davantage compte de la nouvelle réalité.

La Révolution informatique est reconnue à son tour par ses apports dont, l’implantation des conditions de l’intelligence artificielle qui ne cesse d’imposer son ordre. Elle se manifeste essentiellement à travers la naissance d’un nouvel ordre spatial. Il s’agit de l’espace virtuel qui tend à se substituer à l’espace physique et à remettre en question tous les paradigmes en vigueur en urbanisme et tous les concepts liés à l’espace et à la territorialisation. La Révolution informatique a libéré l'action de l’Homme de la contrainte du territoire et de la localisation  physique dans l'espace. Toute la planète est connectée par un réseau virtuel qui ne fait d’elle qu’un gros village. La rencontre des Hommes n’est plus conditionnée par un espace physique. L’économie, les finances, le commerce virtuel, le télétravail, les rencontres sociales, les rencontres d’idées, les formations etc. se font de plus en plus dans des espaces virtuels. 

Les concepts d’espace et de territorialité ne répondent plus aux mêmes paradigmes.

Le dédoublement des espaces: espace physique/espace virtuel s’impose à l’Homme contemporain comme réalité. Il travaille dans un milieu physique, tout en en composant avec des espaces virtuels. Il socialise aussi bien dans des milieux physiques que dans des espaces virtuels. La mobilité intervient désormais aussi bien à travers des réseaux physiques que virtuels.

Les opportunités qu’internet offre : commerce en ligne, travail à distance, etc., permettent d’économiser beaucoup d’efforts et de temps passé dans le trafic et la circulation; ce qui affecte non seulement le temps mais aussi la gestion de la mobilité et des transports. La virtualité change aussi la perception que les individus se font de la notion du privé, de l’intime et du public. Ils ne trouvent désormais aucune gêne à exposer leur vie intime et privée sur Facebook et les médias sociaux, tout en se révoltant contre les appels intrus du télémarketing. Ce sont des phénomènes qui ouvrent de nouvelles pistes de recherche sur éventuellement, la mobilité, la gestion des transports, l’aménagement des espaces, la communication sociale, la socialisation, etc.

L’Homme doit composer désormais avec des notions de temps et de l’espace en pleine mutation.

La mondialisation, la libre circulation des capitaux, la compétition des pouvoirs et des capitaux, la mauvaise gouvernance par endroit, la défaillance des systèmes corruptibles et corrompus, les guerres, les pressions des inégalités, de l’exclusion et leurs effets frustrants, etc. provoquent des flux humains attirés par les grandes métropoles du monde (perçues comme destinations de rêve et de délivrance). Ceci génère un mouvement d’immigration clandestine, traduisant le malaise que vivent des catégories de la société humaine et causant préjudices et risques pour la sécurité des personne. Aussi, les politiques d’immigration justifiées par les besoins économiques et démographiques de certains pays développés, conjuguées à la facilité de circulation des personnes, des biens et services drainent des mouvements de nouvelles populations vers les grandes villes du monde. Les métropoles mondiales deviennent des espaces où se concentrent des populations de divers horizons et de diverses cultures; s’imposent alors de nouveaux enjeux liés à la gestion de la diversité, et aux processus d’intégration et aux phénomènes qui en découlent.

De son côté, la forte compétition économique amorce une dynamique de développement qui ne se soucie que peu des conditions dans lesquelles celle-ci intervient, compromettant à bien des égards les ressources naturelles et les conditions environnementales.

L’Observatoire Espace & Société, vise l’observation continue du processus de mutations socio spatiales, l’analyse des problématiques qui en découlent, l’identification des défis qui s’imposent et la réflexion sur les perspectives d’action.

Les principaux thèmes qui alimentent le menu s’articulent autour de :

  • Enjeux urbains et gestion de la croissance;
  • Problématiques de l’aménagement et de l’habitat;
  • Les politiques spatiales et sociales;
  • Nature et urbanisme;
  • Développement durable;
  • Transport et mobilité urbaine;
  • Gouvernance et organisation institutionnelle.
  • Participation citoyenne et démocratie municipale;
  • Développement social et urbain;
  • Diversité sociale et culturelle;
  • Enjeux de l’immigration clandestine;
  • Les inégalités sociales;
  • L’exclusion sociale et ses effets;
  • Processus d’intégration sociale et économique;
  • Dynamiques et enjeux de la diversité culturelle;
  • Culture citoyenne et participation;
  • Les enjeux sociaux dans le contexte d’immigration, dont ceux liés à la famille, à la jeunesse, à la petite enfance, à la désorganisation sociale et individuelle, au décrochage scolaire et social, à la discrimination et à l'exclusion, à l'intégration, aux chocs culturels, etc.

Dr. Brahim Benyoucef

Le 10 juillet 2013